agriculture
pharmaceutique
chimie
NTIC3
armenie marche

Février 2017, année de transition?

La présente chronique est consacrée aux récentes évolutions économiques de l’Arménie ainsi qu’aux prévisions pour l’année 2017; elle mentionne aussi quelques nouvelles concernant les entreprises et rend compte de la dernière visite du Président iranien.
Jusqu’à présent, les chroniques mensuelles étaient le plus souvent des dossiers consacrés à des secteurs particuliers (agriculture, nouvelles technologies, …).

Dorénavant, elles décriront surtout l’actualité économique et présenteront les dernières évolutions aussi bien macroéconomiques qu’au niveau des entreprises. Les dossiers seront plutôt occasionnels.

I-    Les prévisions macroéconomiques pour 2017

1- Prévisions budgétaires et de la dette
Le 8 décembre 2016, le Parlement arménien a adopté en dernière lecture le budget de 2017 par 83 voix pour, 24 contre et une abstention. Les principales caractéristiques sont les suivantes :
– recettes : 1 210 milliards dram (AMD) ou 2 510 m USD (ratio recettes/PIB = 22,4%)
– dépenses : 1 360 milliards AMD ou 2 821 m USD (ratio dépenses/PIB = 25,2%).
– déficit prévu :  150 milliards AMD ou 311 m USD (ratio déficit/PIB : 2,8%)

Le gouvernement prévoit également pour 2017, une augmentation de la dette globale à 6 245 milliards USD (soit 56,8% du PIB) contre 5 849 milliards en 2016.

Le taux de croissance du PIB devrait être de 3,2% et le taux d’inflation de 2,4%.
La Banque Mondiale estime que dans la situation actuelle de l’Arménie une croissance annuelle de 5% est nécessaire pour assurer un effet social positif. Mais les derniers indicateurs montrent un déclin de l’économie ce qui n’incite pas à beaucoup d’optimisme pour l’amélioration des conditions de vie.

2- Faible niveau des investissements étrangers
En 2016, les investissements étrangers directs dans l’économie réelle ont totalisé 92 m USD entre janvier et septembre, soit environ 1,3% du PIB. Cela est insuffisant pour assurer la croissance économique de 5% du PIB.

Pour attirer des capitaux étranger le gouvernement essaie d’améliorer l’environnement des affaires. Ainsi une zone économique de libre-échange entre l’Arménie et l’Iran sera lancée avant avril prochain et des accords ont été conclus en vue d’exporter des produits agricoles et alimentaires vers les Émirats Arabes Unis (EAU). Une délégation des EAU devrait arriver en Arménie pour en préciser les modalités.

Les EAU seraient aussi intéressés par la construction d’un parc éolien dans la province de Gegharkounik. Leurs experts ont observé depuis près de deux ans la force et la direction des vents de la région et ont promis un plan définitif d’investissement pour mars prochain.

3- Réduction du taux de la Banque Centrale arménienne
Depuis le début de l’année 2016, l’indice des prix à la consommation a eu tendance à baisser et la Banque Centrale a réajusté à huit reprises son taux de refinancement (ou taux de base) qui est passé de 8,75% à 6,25% entre fin 2015 et fin 2016.

Ces baisses ont pour objectif la relance de l’économie et de la demande ; mais cette mesure contribue aussi à augmenter les prix puisque la demande augmente.

4- Exemption de la TVA pour les ressortissants étrangers
Selon un amendement de la loi fiscale les étrangers ayant effectué des achats d’une valeur supérieure à 50 000 AMD (105 USD) pourront récupérer la TVA correspondante à la sortie du territoire nationale (aéroports ou frontières terrestres) dans un délai de 90 jours à compter de la date d’achat.
Ce système existe en Arménie depuis le 1er mars 2014 mais pour les achats supérieurs à     100 000 AMD.  Il vise à encourager les étrangers à acheter en Arménie.

II-    Quelques nouvelles des entreprises

1- Mesures pour stimuler l’entrepreneuriat privé.
Le 14 décembre l’Assemblée nationale a adopté en première lecture un projet de loi qui propose d’exempter les travailleurs indépendants de l’impôt minimum sur le revenu et des paiements sociaux minima obligatoires.
Les travailleurs indépendants sont les entrepreneurs privés dont le chiffre d’affaires annuel ne dépasse pas 9 m AMD (environ 19 000 USD) et qui n’ont aucun salarié.

2- Inauguration de la nouvelle usine d’eau minérale de « Djermouk Group »
Cette société vient d’inaugurer son usine rénovée et modernisée qui multipliera par deux sa capacité de production.
Son principal marché d’exportation est la Fédération de Russie où il y a encore un grand potentiel de développement. Depuis 2015 la société exporte aussi vers la Chine et l’Afrique du Sud, mais l’un des objectifs immédiats est de développer l’exportation vers les Etats-Unis.
« Djermouk Group » emploie 370 salariés.

3- Vente de voitures de fabrication iranienne
La société Khodro Automaker (IKCO) vient d’inaugurer une salle de vente en Arménie. Plusieurs marques de fabrication iranienne telles que Rana, Soren et la camionnette Arisan ont été présentées au public vers la mi-décembre.
Les responsables pensent que les produits d’IKCO peuvent concurrencer les autres marques sur le marché arménien. Actuellement, 3000 voitures Samand et 2200 voitures Peugeot 206 de fabrication iranienne circulent à Erevan.

4- Le secteur informatique de l’Arménie a besoin de 3 000 à 4 000 spécialistes qualifiés
Selon le directeur exécutif de Synopsys Armenia « le seul problème qui entrave le développement du secteur informatique est le manque de personnel hautement qualifié. Nous mettons en œuvre des programmes de formation avec les universités telles que l’Université polytechnique nationale ».
En 2015, le secteur des technologies de l’information comptait 500 entreprises et a enregistré une croissance annuelle de 20 à 25% ; sa part dans le PIB est de 3,8%.

5- Un « Hackathon » (*) s’est tenu pour la première fois en Arménie
Il a été organisé par Microsoft RA et « Microsoft Innovation Centre » les 16 et 17 décembre 2016.
Ce Hackathon a donné aux participants l’occasion d’apprendre les logiciels de développement innovants Xamarin sur la plate-forme Azure.

III-    La visite du Président iranien
La visite officielle du président iranien Hasan Rohani en Arménie a eu lieu en décembre 2016. Les échanges de vues entre les deux présidents ont porté sur les relations économiques et commerciales, l’énergie, les transports, l’agriculture, l’éducation, la santé et la culture.

Ont été discutés aussi d’importants projets tels que la construction d’une troisième ligne à haute tension entre les deux pays, la coopération dans le domaine bancaire et la mise en place d’un corridor de communication entre la mer Noire et le Golfe.
Plusieurs accords bilatéraux de coopération ont été signés dans les domaines de la culture, des sports et du tourisme. A coup sûr les relations des deux pays ont un grand potentiel qui n’est exploité que partiellement.

Depuis le 21 décembre 2016, les villes arméniennes de Meghri et d’Agarak à proximité de la frontière avec l’Iran sont approvisionnées en gaz iranien (respectivement la totalité et 50% des habitations). Le réseau a été construit grâce à une subvention de 2 m USD du gouvernement iranien et les travaux ont été menés par la compagnie iranienne Sanergy.

A l’occasion de cette visite un forum d’affaires arméno-iranien a été organisé avec la participation des deux présidents et de quelque 170 entrepreneurs, dont 90 venus d’Iran. En octobre dernier une exposition de produits arméniens avait eu lieu à Téhéran à laquelle 103 sociétés arméniennes avaient présenté leurs produits.

Prenant la parole, le président arménien a encouragé les entrepreneurs iraniens à investir en Arménie dans des domaines tels que les industries pharmaceutique, textile et minière, l’agriculture et l’agro-alimentaire, la santé, la joaillerie ou encore les transports. Il a promis d’encourager les entrepreneurs arméniens à faire de même en Iran.

L’Arménie de son côté peut aider aux négociations entre l’Iran et la UEE visant à signer un accord le plus tôt possible. Elle peut aussi aider à son intégration sur les marchés internationaux grâce à des privilèges commerciaux qu’elle dispose de tel que le système SPG +.
2017 sera-t-elle une année de transition ? Dans tous les cas la mission du gouvernement de Monsieur Karapetyan est le redémarrage de l’économie du pays.  Mais, les changements ne peuvent qu’être progressifs tant la situation actuelle laisse à désirer.

Les quelques mesures signalées plus haut, vont dans le sens de la libéralisation de l’économie et de la baisse de l’influence des oligarques.
Les autres annonces du gouvernement vont aussi dans le même sens. Mais les choses ne pourront commencer à s’améliorer que lorsqu’un minimum de confiance sera instauré entre les citoyens et les autorités.

(*) Le mot hackathon est une contraction des termes Marathon et Hacking ; il désigne à la fois le principe, le moment et le lieu d’un événement où des développeurs volontaires, organisés souvent en équipes, se réunissent pour faire de la programmation informatique afin de tester une idée et de produire un prototype d’application en quelques heures.
C’est un processus créatif fréquemment utilisé dans le domaine de l’innovation numérique.
Xamarin est un langage de programmation avec de puissants outils d’utilisation et de création de logiciels.

Gérard Achdjian
APRICOT Group
Mise en relations d’affaires avec l’Arménie
www.apricotgroup.eu
Pour des informations détaillées sur l’économie de l’Arménie, veuillez consulter le site www.gab-ibn.com