agriculture
pharmaceutique
chimie
NTIC3
armenie marche

Arménie : Le contexte économique

Les indicateurs économiques

Depuis 1995 de vastes réformes économiques ont été menées, ce qui a conduit à une croissance économique solide.

L’Arménie bénéficie d’un soutien croissant des organisations internationales telles que le FMI et la Banque Mondiale.

En 2017, la croissance du PIB s’est améliorée (+3,5%) par rapport à 2016.

En 2017, la production industrielle a progressé, mais elle reste bridée par les faibles prix des métaux sur le marché international. La production de métaux, en particulier celle de cuivre, représente 50% des exportations et 10% du PIB arménien. De plus, la production industrielle va être soutenue par l’ouverture d’une nouvelle mine d’or en 2018.

Le 1er janvier 2015, l’Arménie est devenue membre de l’Union Économique Eurasiatique (UEE).

Le FMI soutient l’Arménie. Un programme de réformes structurelles vise à préserver une stabilité macroéconomique, à réduire la vulnérabilité aux bouleversements extérieurs et à soutenir la croissance. Parmi d’autres mesures, ce programme a vocation à rationaliser le système fiscal, à renforcer les banques, qui sont fortement « dollarisées » et à améliorer la protection sociale. Les réformes encouragées par le FMI sont sur la bonne voie : le nouveau code des impôts a été adopté et un plan financier a été mis en place pour réformer le secteur de l’énergie.

Les principaux secteurs économiques

L’agriculture est essentielle pour l’économie arménienne, elle constitue 17,7% du PIB et emploie 35% de la population active.

Des petites parcelles de terre morcelées sont utilisées pour l’agriculture vivrière. En volume, les principales cultures sont celles de la pomme de terre, de la tomate, du raisin, du froment et du melon. Les cultures du tabac et du coton sont les principales cultures industrielles. 60% de la production agricole est généré par la culture et 40% par l’élevage.
L’industrie contribue à 27,5% du PIB (dont un cinquième est à mettre au compte du secteur du bâtiment). L’Arménie dispose de gisements de cuivre, de molybdène, de bauxite, de zinc, de plomb, de fer, d’or et de mercure, qui fournissent les matières premières de l’industrie des produits chimiques et constituent le pilier de ses exportations. 15% de la population active travaille dans l’industrie.
Enfin, le tertiaire contribue au PIB à hauteur de 54,8% et emploie presque 50% de la population active. Ces dernières années, ce secteur est en croissance. Les nouveaux secteurs tels que les technologies de l’information et de la communication (TIC), la fabrication de bijoux (particulièrement à cause de la taille de ses diamants) et le tourisme commencent à compléter les secteurs traditionnels (l’agriculture et l’industrie textile).

www.tradesolutions.bnpparibas.com