agriculture
pharmaceutique
chimie
NTIC3
armenie marche

Les relations économiques entre l’Arménie et les Etats-Unis

A l’éclatement de l’Union Soviétique, les Etats-Unis ont mis en place d’importants programmes d’aide pour permettre aux pays concernés, de gérer de la meilleure façon possible la difficile période de transition et de tendre vers l’économie de marché.
Depuis 2009, cette aide se fait dans le cadre de l’AEECA (Assistance to Europe, Eurasia and Central Asia).

C’est à travers de cet organisme mais aussi d’autres structures que les Etats-Unis ont apporté et apportent toujours à l’Arménie une assistance économique et humanitaire. L’ensemble des aides qu’elle a reçu depuis 1992 représente plus de 2 milliards de dollars.
C’est le 25 décembre 1991 que les Etats-Unis ont reconnu l’indépendance de l’Arménie et leur ambassade a été ouverte en février 1992. Depuis, de nombreuses et fréquentes visites de responsables des 2 pays permettent de maintenir des relations étroites : visites de secrétaires d’Etat et Secrétaires d’Etat Adjoints américains, visites du Président de la République d’Arménie, du 1er Ministre et de nombreux ministres.

Les relations économiques bilatérales permettent de distinguer 2 volets :
– l’assistance économique et humanitaire et
– l’aide au développement économique et les investissements.

L’assistance économique et humanitaire
L’aide des Etats-Unis prend différentes formes à travers des programmes spécifiques pour promouvoir la croissance économique, encourager la gouvernance démocratique de l’Arménie, améliorer la protection sociale et la santé, aider les économiquement défavorisés et les groupes les plus vulnérables. C’est une approche globale qui intègre, entre autres, des ministères (agriculture, commerce, justice, énergie,…) l’USAID (l’Agence International de Développement) et la Commission de Régulation Nucléaire.

Une part significative de l’aide économique s’est développée dans le cadre d’un programme spécifique intitulé « Millenium Challenge Program » ou « Défis du Millénaire » ; l’accord a été signé en mars 2006 pour une durée de 5 ans et avec un budget initial de 235, 65 m USD.
Son objectif principal était d’accélérer le développement et de diminuer la pauvreté dans les zones rurales ; il comportait 2 volets : l’amélioration du système d’irrigation et la réhabilitation des routes rurales.

Malheureusement ce dernier volet a due être stoppé en cours de route en raison de difficultés et d’ insuffisances en matière de gestion . Finalement » ; au final l’aide reçue a été de 180 m USD consacrée uniquement à la première partie du programme. Les activités de cet organisme (MCP) ont pris fin en février 2011.

L’Ambassade américaine a indiqué à l’époque que « L’Arménie devrait faire un effort effectif et plus soutenu pour respecter les conditions de cette aide en termes de lutte contre la corruption,  l’économie souterraine, l’organisation et la liberté des élections, la liberté de la presse, des réunions et des rassemblements,… ».

L’aide au développement économique et les investissements.
Dès 1992, plusieurs accords économiques ont été signés entre les 2 pays concernant les échanges commerciaux, l’ncitation mutuelle aux investissements et leur. Une convention en matière de taxation et d’autres accords sur les investissements ont été signés les années suivantes.  Des accords sur le transport aérien, la coopération scientifique et technique, et la sécurité nucléaire existent aussi. Ainsi les Etats-Unis ont activement contribué au renforcement de la sécurité de la centrale de Médzamor.

En 1999, a été créé le US-Armenia Joint Economic Task Force ou USATF. C’est une commission bilatérale qui a pour mission de renforcer les liens économiques, aider à la réalisation des réformes et discuter des opportunités en faveur du développement économique de l’Arménie ; elle se réuni alternativement en Arménie et aux Etats-Unis.

L’American Chamber of Commerce in Armenia ou Amcham est une organisation indépendante et autofinancée qui a été créée en 2000 et qui réuni une centaine de membres arméniens mais aussi européens et américains (entreprises et hommes d’affaires) appartenant à tous les secteurs de l’activité économique. Les rencontres, les activités intéressantes et les publications permettent de renforcer les liens entre acteurs économiques du pays.

Le Center for Agribusiness and rural Développent  ou CARD est un organisme arméno-américain dont le financement est assuré par le US  Department of Agriculture (USDA).
Les crédits permettent la réparation des réseaux d’irrigation et leur extension, le renouvellement du cheptel et la création d’industries agroalimentaires. C’est la première fois qu’un programme d’aide international américain est confié à un organisme local.

Le USDA apporte aussi des aides techniques, financières et en marketing à un grand nombre d’entreprises agroalimentaires, de coopératives de production et de fermes en leur permettant un accès aux marchés extérieurs.

Depuis 2004, l’Arménie a reçu bénéficie du statut de Permanant Normal Trade Relations ou PNTR ce qui lui permet d’échapper aux restrictions discriminatoires dans le domaine des hautes technologies.

En juin 2011, le Département d’Etat et le ministère arménien de l’Energie et des Ressources Naturelles ont signé un protocole d’accord pour promouvoir la coopération entre experts arméniens et US, et évaluer les ressources énergétiques du pays y compris les gaz de schistes.

Par ailleurs, la médiation américaine permet de concrétiser des programmes de crédit et de subventions à long-terme à travers la Banque Mondiale et le Fonds Monétaire International.
Actuellement 70 entreprises à capitaux américains sont en activités en Arménie ; on peut citer Dell, Microsoft, IBM, les hôtels Armenia/Marriott et Ani Plaza, Tufenkian Holdings (production de meubles et de tapis, BTP, hôtel), la compagnie de construction Hovnanian.
Plusieurs compagnies du secteur des technologies de l’information y ont aussi établis des filiales ; les plus importants sont Viasphere Technopark (un incubateur d’entreprises de technologies de l’information) et Synopsys (*).

Il ne faut certainement pas oublier Coca-Cola, les compagnies qui exploitent des mines et un certain nombre d’unités de production textiles et de joaillerie.

L’Arménie exporte vers les Etats-Unis des boissons alcooliques et spiritueux, des tapis, des diamants et autres pierres précieuses et semi-précieuses, des métaux et de l’aluminium.
Elle importe des Etats-Unis des voitures et autres moyens de transport, des équipements de téléphonie et de communication, des ordinateurs, des produits à base de viande et des habits.

Il faut espérer que ces relations étroites arméno-US puissent permettre, à plus ou moins longue échéance,  de favoriser l’amélioration de la situation économique de l’Arménie et du niveau de vie de ses habitants, et par voie de conséquence de réduire l’importance des flux d’émigration.

(*) Cette dernière (leader mondial du software, du design et des composants électroniques) est le plus grand employeur du secteur ; elle fait travailler environ 530 spécialistes en Arménie sur les 6000 dans le monde (9%). Elle effectue 10% des activités de recherche et a dégagé en 2010 un profit de 1,6 milliards USD. Elle possède aussi un centre de formation qui prépare des ingénieurs hautement qualifiés (environ 400 depuis 2001).

Gérard Achdjian
APRICOT Group
Mise en relations d’affaires avec l’Arménie
www.apricotgroup.eu

Pour des informations détaillées sur l’économie de l’Arménie, veuillez consulter le site  
www.gab-ibn.com