agriculture
pharmaceutique
chimie
NTIC3
armenie marche

Relations Arménie – Chine, l’accélération de la dynamique économique

Certains historiens font remonter la présence des Arméniens en Chine au 2ème siècle de notre ère ; pour d’autres elle date de l’époque mongole. Au XVIIème siècle une trentaine de familles arméniennes vivaient à Canton et leur rôle économique était important (1).
Aujourd’hui, depuis l’indépendance de l’Arménie, les relations sino-arméniennes se consolident rapidement et présentent de fortes potentialités.

Tous les Présidents de la République d’Arménie et les ministres des Affaires Etrangères ont visité la Chine. Le Président Sagesyan s’y est rendu 2 fois dont l’une pour  l’exposition universelle de Shanghai en 2010 et a rencontré le Président Hu Jintao.
Au total 30 visites officielles bilatérales ont eu lieu depuis avril 1992, date de l’établissement des relations diplomatiques entre les 2 pays.

Les échanges commerciaux : un doublement depuis 2007
En fait, l’Arménie a essayé de renforcer surtout ses relations économiques et ses échanges  commerciaux qui ont progressé très fortement en 2009-2010 ; ainsi la Chine est devenue son principal partenaire commercial en 2010. Même si en 2011 la Russie a repris sa place sa première place, la Chine a commercé avec l’Arménie plus qu’avec l’Iran.

L’Arménie importe de Chine une variété de biens tels que des textiles, du prêt-à-porter, des chaussures, des produits alimentaires, des produits chimiques, des équipements et des matériaux de constructions.

De son côté, la Chine est intéressée par l’importation de produits arméniens surtout les produits miniers. Ainsi au 1er trimestre 2013, elle a été en troisième position pour le minerai de cuivre après la Bulgarie et l’Espagne (2).

Les exportations de Brandy augmentent aussi rapidement ; elles devraient représenter 5-7 % de l’ensemble de ses exportations de ce produit en 2015 et 8-10 % en 2020. Par ailleurs, des négociations sont en cours pour les jus et les vins.

Plus d’une quarantaine d’entreprises à capital chinois sont en activité en Arménie dans les domaines de la vente en gros de produits alimentaires, de l’habillement et des chaussures, la commercialisation de médicaments, la gestion de cafés et restaurants,…

commerce-bilateral

Aide et coopération institutionnelle : un potentiel à exploiter
En juin 2010, la Chine a apporté une aide de 2,9m USD au gouvernement arménien pour la mise en place de programmes économiques et techniques. Par ce même accord elle a fourni 88 ambulances à l’Arménie.

De même, la Chine apportera 11,2 m USD (70 de million yuan) dans le cadre d’un accord de partenariat économique et technique qui a été signé fin 2012. La partie la plus importante de cette somme sera utilisée pour la création d’une école spécialisée dans l’enseignement de la langue chinoise. Une autre partie permettra le rééquipement des services des douanes.

Il faut aussi citer :
– l’achat de 249 bus chinois pour la ville d’Erévan,
– la signature d’un accord sur la reconnaissance mutuelle des diplômes universitaires,
– la création d’une branche de l’Institut Confucius à l’Institut de langues Bryussov,
– la coopération dans la mise en place d’Etat de droit en Arménie,
– la coopération militaire et technique : les derniers achats d’armes pouvant déboucher sur une proposition de sous-traitance de production d’armes chinoises en Arménie,
– évidemment l’établissement d’une liaison aérienne directe aidera au développement encore plus rapide des relations bilatérales,
– sur la scène internationale, la position de la Chine vis-à-vis de l’Arménie est constructive.

Par ailleurs, En 2010, le pavillon d’Arménie a obtenu un vif succès à l’exposition de Shanghai avec plus 2 millions de visiteurs sur un total de 53 millions pour toute l’Exposition (soit 20 000 visiteurs par jour). Il a obtenu un grand prix pour l’organisation et les excellentes prestations ainsi qu’une médaille d’argent pour les solutions techniques.

Coopération économique : une dynamique forte
En 2003, une joint-venture arméno-chinoise de production de caoutchouc synthétique a été créée dans la province de Shanxi, près de la ville de Datong,  à la suite de l’accord entre Shanxi Synthetic Rubber Group et l’entreprise arménienne Naïrit ; le capital est chinois et la technologie arménienne.  Actuellement elle est la plus grande de Chine ; la partie arménienne possède 40% du capital de l’entreprise. Sa production atteindra 30 000 tonnes par an.

L’Arménie est aussi intéressée par le secteur des Technologies de l’Information de la Chine ; lors de sa visite de 2010 pour inaugurer le pavillon arménien de l’exposition de Shanghai le Président Sargesyan s’est longuement entretenu avec les dirigeants des entreprises « Huawei Technologies Co Ltd » et « Zhong Xing Telecommunication Equipment Co Ltd ». Ces 2 entreprises ont l’intention de participer aux ambitieux programmes de l’Arménie dans le domaine des télécommunications. Un mémorandum a été signé en ce sens.

En 2011, la compagnie Fortune Oil, installée à Hong-Kong, a engagé des négociations en vu de commencer une exploitation minière en Arménie ; parallèlement, elle a acquis 35% du capital de Buonty Ressources Armenia Limited (BRAL) pour une somme de 24 millions USD. BRAL possède des mines inexploitées de fer à Abovyan, Harzdan et Svarants ; les réserves de ces sites sont estimées à 1,8 millions de tonnes. L’exploitation devrait commencer en 2014.
On sait que la Chine a d’énormes besoins de minerai de fer dont les importations ont été multipliées par 10 durant la dernière décennie.

Par ailleurs, Fortune Oil construit une usine de transformation du minerai ; les investissements pourraient atteindre 500 millions USD et devraient entraîner des créations d’emplois et l’utilisation de nouvelles techniques conformes aux meilleures normes environnementales.

Ce projet, soulève une forte résistance parmi la population locale et les associations de protection de l’environnement.

De nombreux autres projets bilatéraux sont aussi au stade de la discussion dans différents  domaines de l’énergie, de l’industrie chimique, l’agriculture, de l’éducation et de la défense.

On peut citer en particulier :
– le projet de création en Arménie d’une entreprise conjointe pour la production de basalte ; la Chine a une technologie avancée dans ce domaine alors que l’Arménie en possède d’importantes ressources.

– une coopération probable avec la province de Sichuan dans les domaines de la construction, de l’agriculture et des hautes technologies, des batteries solaires et des zones franches.

Selon une estimation, l’Arménie aurait attiré 1,4 milliards USD d’investissements chinois entre 1992 et 2010. Selon toute vraisemblance cette dynamique ira de plus en plus vite.

1) « Les relations historiques arméno-chinoises » ; Nil Vahaken Agopoff ; NetArmenie.com/diaspora/histoire/histcom2.php

2) L’Arménie a exporté 3 965 tonnes de cuivre vers la Chine durant le premier trimestre 2013, 5 011 tonnes vers l’Espagne et 21 774 tonnes vers la Bulgarie. Au total elle a exporté 34 627 tonnes durant cette période contre 26 561 tonnes à la même période de 2012 (+30%) ; cela représente une valeur de 62,6 m USD.

Gérard Achdjian
APRICOT Group
Mise en relations d’affaires avec l’Arménie :  
www.apricotgroup.eu                                                                                   
Pour des informations détaillées sur l’économie de l’Arménie, veuillez consulter le site  
www.gab-ibn.com