agriculture
pharmaceutique
chimie
NTIC3
armenie marche

La Chambre des représentants reconnaît le génocide arménien

Après des décennies de lobbying de la communauté arménienne aux États-Unis, la Chambre des représentants américaine a adopté mardi soir une résolution historique reconnaissant le génocide des Arméniens commis en 1915 dans la Turquie ottomane.

La résolution adoptée par 405 voix contre 11 demande au gouvernement américain de « commémorer le génocide arménien par le biais de la reconnaissance et du souvenir officiels » et de « rejeter » les efforts de la Turquie pour le nier. Le gouvernement devrait également « encourager l’éducation et la compréhension par le public des faits du génocide arménien » et de leur « pertinence pour les crimes contre l’humanité moderne ».

La résolution a été présentée par plusieurs législateurs américains pro-arméniens, y compris le président du Comité du renseignement de la Chambre des représentants, Adam Schiff, en avril. Il a atteint la Chambre après avoir été soutenu par la présidente Nancy Pelosi et le chef de la majorité, Steny Hoyer. Ils ont tous deux réaffirmé leur soutien lors d’un débat d’une heure sur le projet de loi qui a précédé le vote.

« C’est un grand jour pour le Congrès », a déclaré Pelosi, appelant à un « vote fort » pour la reconnaissance de « l’une des plus grandes atrocités du 20e siècle ».

« C’était un génocide et il est important que nous appelions ce crime par ce qu’il était », a expliqué le président de la commission des affaires étrangères de la Chambre, Eliot Engel, en présentant la résolution à ses collègues. Il leur a demandé de mettre enfin les choses au clair.

Au cours du débat qui a suivi, plus d’une douzaine d’autres députés, dont la plupart étaient des démocrates représentant des circonscriptions comptant un grand nombre d’Arméniens américains, ont pris la parole. Ils ont tous plaidé en faveur de la reconnaissance du génocide qui fit 1,5 million de victimes.

« C’est un vote que j’attendais depuis 19 ans », a commenté Schiff, visiblement ému. « Ce que nous devons faire, c’est affirmer que l’empire ottoman a commis ce crime grotesque contre les Arméniens ».

« Les génocides, peu importe le lieu et la date, ne peuvent être ignorés », a pour sa part lancé Bilirakis, républicain de Floride et co-auteur de la résolution.

Un autre membre du Congrès républicain, Christopher Smith, du New Jersey, a critiqué la Turquie pour sa « campagne agressive de négation du génocide bien financée ».

Les deux principaux groupes de pression arméno-américains ont rapidement salué l’adoption de la résolution. Bryan Ardouny, directeur exécutif de l’Assemblée arménienne de l’Amérique, a déclaré que celle-ci « reflétait le meilleur de l’Amérique ».

« Le vote d’aujourd’hui pour les droits de l’homme marque le point culminant de décennies de travail inlassable des membres du Congrès, de l’Assemblée arménienne d’Amérique et de la communauté arménienne américaine de partout au pays », s’est félicité Ardouny au service arménien de RFE / RL.

Le Comité national arménien d’Amérique (ANCA) a également félicité la Chambre américaine pour avoir mis fin au « bâillon de règne d’Ankara contre le souvenir américain du génocide arménien ».

L’Assemblée arménienne d’Amérique et l’ANCA ont passé des décennies à faire campagne pour une telle mesure. Les résolutions sur le génocide rédigées par des législateurs pro-arméniens ont été approuvées à plusieurs reprises par les comités du Congrès dans le passé. Mais ils ne se sont jamais rendus à la Chambre ni au Sénat à cause de l’opposition des anciennes administrations américaines inquiètes de leur impact sur les relations américano-turques.

À l’instar de ses prédécesseurs, le président américain Donald Trump a évité d’utiliser le mot génocide dans ses déclarations annuelles sur les massacres et les déportations massives d’Arméniens. Mais Trump, dont les relations avec les dirigeants démocrates de la Chambre sont très tendues, ne semble pas avoir tenté de contrecarrer l’adoption du dernier projet de loi sur le génocide.

Les gouvernements turcs successifs ont nié avec véhémence toute tentative délibérée du gouvernement ottoman d’exterminer la population arménienne de l’Empire ottoman.

L’ambassadeur de Turquie à Washington, Serdar Kilic, a envoyé la semaine dernière des lettres aux membres de la Chambre pour avertir que la résolution « empoisonnerait considérablement l’environnement politique entre les Etats-Unis et la Turquie ». Ankara a rapidement condamné son adoption en tant que « démarche politique insignifiante » et « Ggrave erreur. »

Le ministère turc des Affaires étrangères a également prévenu que cela nuirait aux intérêts américains dans la région.

Comme on pouvait s’y attendre, l’Arménie s’est félicitée de la reconnaissance du génocide par les États-Unis, le Premier ministre Nikol Pachinian le qualifiant d’« historique ». « La résolution 296 constitue un pas audacieux, au service de la vérité et de la justice historique qui offre également un réconfort aux millions de descendants de survivants du génocide arménien », a t il écrit sur Twitter.

« Merci, le Congrès américain », a tweeté pour sa part le ministre des Affaires étrangères Zohrab Mnatsakanian. Les députés américains ont envoyé ainsi un « message massif » contre la négation du génocide par la Turquie, a-t-il posté.

La résolution progressait rapidement au Congrès après l’incursion militaire turque dans le nord de la Syrie, largement contrôlée par les forces kurdes soutenues par les États-Unis. L’opération a été fermement condamnée par de nombreux législateurs démocrates et républicains.

Immédiatement après l’adoption du projet de loi arménien, la Chambre a voté massivement pour une résolution demandant à Trump d’imposer des sanctions à la Turquie.

par Claire

Source : www.armenews.com