agriculture
pharmaceutique
chimie
NTIC3
armenie marche

Les financements internationaux de l’agriculture arménienne

L’Arménie est un pays riche en eau et l’agriculture est un secteur très important de son économie. Les sols sont fertiles et les conditions souvent météorologiques favorables.

Plusieurs programmes de financement récents permettront d’accélérer son développement.
On peut citer le récent financement de l’Agence Française de Développement (AFD), celui du « Fonds Eurasien pour la Stabilisation et le Développement » ou FESD (1) en 2015 et ceux du « Fonds International de Développement Agricole » ou FIAD depuis 1995.

1) Le 26 janvier dernier, AFD et le ministère arménien des Finances ont signé un accord pour un prêt de 80 m USD qui sera consacré en grande partie à la construction d’un réservoir d’eau d’une capacité de 200 millions de m3 près à Vedi (2), au sud de la province d’Ararat.
Ce projet revêt une importance capitale ; il entre dans le cadre de la stratégie à long terme du processus de développement de l’agriculture de l’Arménie (2014-2025).

La période de remboursement sera de 20 ans avec un délais de grâce de 6 ans. La construction commencera en 2016 et durera environ cinq ans.

Ce projet permettra de créer de nouveaux emplois aussi bien pendant les travaux de construction qu’après, en termes de développement des activités agricoles avec comme conséquence la réduction de l’exode agricole.

Il ouvrira aussi la voie à de nouveaux projets de coopération.
Globalement ce prêt bénéficiera directement à 4 500 ménages de la vallée de l’Ararat sud qui est une riche région agricole avec ses cultures fruitières et maraichères ; les régions à l’ouest de la capitale arménienne en bénéficieront aussi.

Les superficies totales des terres arables de la région augmenteront de 3.200 hectares.
Depuis 2012, l’AFD a développé un portefeuille de prêt de plus de 100 m € en Arménie mais ce prêt est le premier qui est consenti à l’Etat.

2) Ce financement de l’AFD viendra compléter le prêt de 40 m USD du FESD destiné à la mise en état des réseaux d’irrigation délabrés du pays. Ce prêt est remboursable en 20 ans à faible taux d’intérêt.

On sait que les réseaux d’irrigation de l’Arménie, de construction soviétique, ont déjà absorbé des sommes importantes ces dernières années : le « Millenium Challenge Corporation » américain a financé en 2011 la reconstruction de 6 canaux principaux et 17 stations de pompage d’eau (coût 177 m USD).

Plus tard la même année, la Banque mondiale a décaissé un prêt de 18 m USD pour d’autres mises à niveau d’irrigation devant bénéficier à un grand nombre d’agriculteurs.
Néanmoins, le manque d’eau d’irrigation reste un problème grave qui entrave le développement du secteur agricole arménien.

En 2015, le gouvernement arménien a obtenu aussi un autre crédit d’irrigation, d’une valeur  de 25 m USD, provenant de l’OPEP (3).

3) Depuis 1995, le FIAD a permis de mobiliser près de 260 m USD, dont environ 90 m  provenant directement de l’Organisme lui-même. Sept projets (y compris les 2 projets en cours) ont été financés et ont directement bénéficié à un grand nombre de ménages.
Les deux projets actuellement en cours visent à améliorer la situation économique et sociale de la population rurale et à générer des possibilités d’emploi durable.

D’une manière générale les interventions du FIAD permettent de favoriser l’accès aux services financiers, la promotion des liens avec le marché, l’amélioration des infrastructures et la réduction du chômage dans les zones rurales.

Il faut espérer que le financement de l’Agence Française du Développement permettra de soutenir efficacement les progrès de l’agriculture arménienne.

Gérard Achdjian
(1) C’est un fonds spécial anticrise qui a été créé par les gouvernements de la Russie, du Kazakhstan, de la Biélorussie, de l’Arménie, du Kirghizistan et du Tadjikistan en 2009.
 (2) Védi est un affluent du fleuve Araxe dans la région d’Ararat. Il traverse la ville du même nom (13.000 habitants).  
(3) OPEP ou Organisation des Pays Exportateurs de Pétrole.