agriculture
pharmaceutique
chimie
NTIC3
armenie marche

Les relations économiques de l’Arménie avec les pays arabes

Après 1915 les Arméniens se sont établis en grand nombre dans les pays du Proche-Orient, surtout  au Liban, en Syrie et en Egypte.
Malheureusement, l’évolution politique et sécuritaire de ces pays à obliger beaucoup d’entre eux à s’expatrier vers les Etats-Unis et l’Europe mais aussi à travailler dans les pays du Golf.
Aujourd’hui les relations économiques sont au point mort avec la Syrie (en plein guerre civile) et très faibles avec l’Egypte déstabilisée après le changement de régime.

Par ailleurs, les relations économiques de la République l’Arménie avec les pays du Golf  ont commencé vers 2010. Les partenaires les plus importants dans cette région sont les Emirats Arabes Unis (EAU),  le Koweït et le Qatar.

Les relations avec le Liban, la Syrie et l’Egypte
1) Les relations diplomatiques entre le Liban et l’Arménie ont été établies en mars 1994 et les relations économiques se développent continuellement.
Les nombreuses visites des responsables des 2 pays ont donné lieu à la signature d’accords et de protocoles dans divers domaines : coopération économique, commerciale ; encouragement et protection mutuelle des investissements ; coopération en matière de douanes, de double taxation, de prévention d’évasion fiscale ainsi que dans les domaines de la culture, de l’éducation, du tourisme, de la santé. Le régime des visas a été aussi aboli.
Les importations de l’Arménie en provenance du Liban étaient de 271,3 mille USD en 2009 et 354,3 mille USD en 2012. Les exportations de produits arméniens vers le Liban se sont élevées à 12,4 m USD en 2009 et 1,8 m USD en 2012.

2) Des relations identiques se sont développées aussi avec la Syrie depuis 1992 : visites officielles, signatures de multiples accords, organisation de forums économiques et d’expositions de produits arméniens en Syrie (Alep) et de produits syriens en Arménie.
En 2009, les importations de l’Arménie en provenance de la Syrie étaient de 3 millions USD environ (produits plastiques, pharmaceutiques et textiles) et ses exportations vers la Syrie de 239,1 mille USD (des peintures, et des boissons alcooliques et non alcooliques).

Ces relations sont interrompues depuis le début de la guerre civile et l’Arménie accueille des Arméniens de Syrie en grand nombre dont certains s’établissent définitivement ; une école a été ouverte et des habitations seront construites.

3) Il serait possible de décrire le même type de processus pour les relations de l’Arménie avec l’Egypte. En 2009, les importations de l’Arménie en provenance de l’Egypte se sont élevées à 613,14 mille USD (graines, savons, produits pharmaceutiques) et ses exportations à 705,3 mille USD (papiers d’aluminium).

Les Emirats Arabes Unis
Dès l’indépendance de l’Arménie, EAU ont constitué pour les importateurs arméniens un lieu de choix pour leur approvisionnement (absence de tarifs douaniers ou autres taxes) et les vols aériens ont été quotidiens entre Erévan et Abou Dhabi.

Mais c’est l’année 2010 qui marque le début des relations économiques entre les 2 pays avec la tenue à Erévan du  1er Forum Arménie-EAU, en présence d’une délégation d’une cinquantaine hommes d’affaires émiratis. De nombreux domaines de collaboration existent dont le développement de l’électricité nucléaire, l’agriculture, le tourisme et les technologies de l’information.

Les EAU ont aussi un grand besoin de main d’œuvre et  les conditions de travail y sont attractives. Un accord a été signé en ce sens : les demandes, émanant du ministère du Travail des Emirats, seront adressées au service des migrations du ministère arménien de l’Administration Territoriale ; les contrats seront signés à Abu Dhabi sous la supervision de l’Ambassade d’Arménie sur place.

Il faut aussi souligner qu’aux EAU les législations économiques et relatives aux investissements sont très favorables aux étrangers et que les niveaux de revenus et de la consommation sont très élevés.

Une coopération a été initiée aussi entre les femmes d’affaires des 2 pays. Début 2013 une délégation arménienne s’est rendue aux EAU et une délégation émiratie est attendue à Erévan en fin 2013 ; il a été décidé de renforcer la coopération dans les domaines de la construction, de la médecine, de l’éducation et de l’artisanat.

Note en bas de page
* Situés sur le golfe Persique et le golfe d’Oman, les Emirats Arabes Unis sont constitués de 7 Emirats : Abu Dhabi, Dubaï, Sharjah, Adjman, Umm al-Qaïwain, Fujaïrah, Ras al-Khaïmah. Ils se sont réunis en un État fédéral en 1971 avec comme capitale Abou Dhabi, dans l’émirat  du même nom.

Le Koweït
Avec ce pays aussi les premiers contacts ont commencé en 2010. Ils ont permis d’aborder des sujets tels que l’encouragement et la protection mutuelle des investissements, le projet d’une liaison aérienne directe et la création d’une Comité Intergouvernemental pour la Coopération Economique (CICE)

Un an plus tard la première session du CICE a permis de discuter des opportunités de coopération dans les domaines de l’économie, des transports, de l’éducation et de définir les axes de coopération intéressant les 2 parties.

Le Koweït serait intéressé par le financement des projets d’infrastructure de transport de l’Arménie principalement la construction de l’autoroute Nord-Sud et le chemin de fer Arménie-Iran. Il est aussi intéressé par la coopération dans les domaines de la santé (augmentation de nombre de médecins arméniens travaillant au Koweït), du tourisme, de l’agriculture et de la joaillerie.

Enfin, ont été signé récemment un accord sur l’exemption des visas pour les citoyens des 2 pays et un accord de coopération entre les agences nationales d’information Armenpress et KUNA (Kuwait News Agency)

Le Qatar
Avec le Qatar aussi les contacts officiels ont commencés en 2010. Comme les autres pays de la région c’est une économie à développement rapide en raison des ressources énergétiques importantes de son sous-sol. Sur une population totale de 800 000, les 30% uniquement sont qataris ; le développement du pays se fait donc grâce à la main d’œuvre étrangère ; les rémunérations et conditions d’accueil sont bonnes.
Ainsi l’un des premiers accords qui a été signé avec ce pays est relatif aux conditions de travail de la main d’œuvre arménienne.

La 1ère session du CICE est prévue pour juin 2013 à Erévan.
Cet aperçu rapide des relations économiques de la République d’Arménie avec les pays arabes montre 2 tendances : une perte de vitesse ou un gèle des relations avec les pays où traditionnellement de fortes communautés arméniennes avaient prospéré et inversement la présence d’une forte dynamique de développement avec les pays du Golfe.

Gérard Achdjian
APRICOT Group
Mise en relations d’affaires avec l’Arménie
www.apricotgroup.eu                                                                                          

* Pour des informations détaillées sur l’économie de l’Arménie, veuillez consulter le site  www.gab-ibn.com