agriculture
pharmaceutique
chimie
NTIC3
armenie marche

Moody’s améliore le classement d’indicateurs économiques de l’Arménie

Moody’s Investors Service a révisé à la hausse ses notations de crédit pour l’Arménie et prévoit une croissance économique soutenue dans le pays.

Dans un communiqué publié mardi, l’agence de notation a annoncé avoir relevé de Ba3 à B1 ses « notations d’émetteur à long terme libellées en monnaie locale et étrangère, et ses dettes de premier rang non garanties en devises étrangères ». « Les perspectives sont passées de positives à stables », ajoute le communiqué.

« Moody’s a simultanément levé à Baa2 à la place de Baa3 les plafonds d’obligations et de dépôts en devise locale à long terme de l’Arménie, indique également le communiqué. Le plafond des obligations à long terme libellées en devises et le plafond des dépôts à long terme en devises ont également été relevés, passant respectivement de Ba2 à Ba1 et de B2 à B1. »

Moody’s a aussi présenté des perspectives positives pour l’économie arménienne, estimant qu’elle devrait croître d’au moins 5,5% par an dans les années à venir. « Les secteurs qui ont contribué à la croissance en 2018 continueront à se développer de manière solide, tels que le tourisme, les technologies de l’information (TIC) et l’industrie légère, y compris celle du textile, a-t-il déclaré. En particulier, les investissements en cours dans les hôtels augmenteront la capacité touristique, de nouvelles usines de textile seront construites et le nombre d’entreprises et de projets du secteur des technologies de l’information augmentera rapidement. »

Moody’s a été particulièrement encouragé par l’expansion rapide et de longue date de l’industrie informatique arménienne, affirmant qu’il « constitue une base solide pour le développement d’une économie fondée sur les compétences et le savoir ».

L’agence occidentale a ensuite salué les politiques budgétaire et monétaire des autorités arméniennes qui ont contribué à la stabilité macroéconomique. « Moody’s s’attend à ce que le fardeau de la dette publique arménienne diminue progressivement par rapport aux niveaux actuellement modérés, d’environ 51% du PIB à la fin de 2018 », a-t-il prévu.

Le Premier ministre Nikol Pachinian n’a pas tardé à saisir les améliorations apportées à ces cotes. « C’est un développement très important qui renforce la confiance internationale dans l’économie arménienne et rend notre pays beaucoup plus attrayant pour les investisseurs », a-t-il écrit sur sa page Facebook.

Bagrat Asatrian, économiste à la tête de la Banque centrale d’Arménie dans les années 90, a également souligné l’importance de la déclaration de Moody. « En gros, cela reflète les changements positifs survenus dans notre économie », a-t-il commenté au service arménien de RFE / RL.

Asatrian a souligné l’allégement du fardeau de la dette anticipé par Moody’s. « Pendant de nombreuses années, notre dette publique a augmenté, a-t-il noté. Ce fait a cessé et nous avons même commencé à avoir une réduction [de la dette.] »

Mais un autre économiste, Suren Parsian, a réagi avec plus de prudence, affirmant que Moody’s avait déjà attribué la même note à l’Arménie en 2015. M. Parsian a également prcisé que les prévisions de croissance régulière et robuste de l’agence ne se matérialiseraient pas nécessairement.

« Si nous voulons une croissance dynamique à moyen et long termes, nous devons revoir notre système économique et nos institutions, ce qui n’a pas été fait », a-t-il conclue.

par Claire
Source : www.armenews.com