agriculture
pharmaceutique
chimie
NTIC3
armenie marche

Relations économiques de l’Arménie avec ses partenaires : La Russie

Dans ce numéro « France Arménie » commence une série d’articles consacrée aux relations économiques de l’Arménie avec ses partenaires. Après une courte introduction nous traiterons, ce mois-ci, des relations avec la Russie.

Les relations économiques d’un pays sont déterminées par ses besoins dont il ne peut satisfaire par ses propres ressources ; il doit alors importer des produits et des services. Par contre il arrive que le pays possède des ressources et des savoir-faire qui manquent à d’autres ; dans ce cas il les exporte.

Dans le cas de l’Arménie, le gaz et le pétrole manquent énormément ; elle est obligée d’en importer et de diversifier ses sources d’énergie (énergie nucléaire). Un grand nombre d’autres produits ne sont pas produits aussi sur place ; d’où des importations qui augmentent d’année en année.

Par contre l’Arménie est riche en minerais (cuivre, molybdène, or,…) qu’elle exporte. Elle a un savoir faire dans le domaine du travail et du polissage des pierres précieuses ; elle importe des pierres brutes et exportent de la joaillerie et des pierres travaillées.

Elle a aussi de grandes potentialités en agriculture et agroalimentaire ; mais sa productivité n’y est pas élevée. Malgré cela elle exporte des fruits, des légumes et du brandy vers la Russie en particulier.

Dans le domaine de l’industrie, le savoir faire doit être actualisé et d’importants investissements sont nécessaires.
Les facteurs géopolitiques jouent aussi un rôle déterminant et parfois plus important que les facteurs économiques surtout dans cette région du Sud-Caucase. Les grandes puissances et les pays de la région, ont des motivations particulières à se réserver des zones d’influence et marquer leur présence. La rivalité entre les Etats-Unis et la Russie y est exacerbée, la rivalité Turquie-Iran remonte progressivement à la surface ; des faits douloureux plus anciens empêchent les relations normales de l’Arménie avec la Turquie et l’Azerbaïdjan ; l’Union Européenne voudrait jouer un rôle plus actif dans la région ; il en va de même pour la Chine et d’autres pays comme l’Inde.

Depuis son indépendance, l’Arménie a établi des relations économiques avec de  nombreux pays. Les échanges commerciaux et les investissements étrangers en sont des éléments d’appréciation.

Ainsi entre 2001 et 2011, les exportations ont été multipliées par 3,9, les importations par 4,7 et les Investissements  Directs Etrangers – IDE (investissements non financiers) par 11,6.
Durant 2011, les IDE ont progressé de 15,1% à 813,3 m USD alors que l’ensemble des investissements étrangers atteignait 1,65 milliards. Les premiers pays investisseurs ont été la Russie, la France et les Etats-Unis ; les investissements les plus importants ont été effectués dans les télécommunications, la métallurgie et l’énergie.

Nous examineront d’abord les relations de l’Arménie avec la Russie. Seront présentées ensuite les relations avec l’Iran, la Géorgie et Turquie, l’Europe, les Etats-Unis d’Amérique, la Chine et d’autres pays moins importants.

I-    Les relations avec la Russie
La Russie est considérée comme le « partenaire stratégique » de l’Arménie dans la région avec plus de 160 accords bilatéraux et une base militaire près de la ville de Gyumri. Les relations bilatérales politiques et militaires sont importantes aussi bien pour l’Arménie que la Russie. Les liens économiques qui datent depuis la période soviétique sont vitaux pour l’Arménie.

Les aspects généraux
En 2011, les échanges commerciaux entre l’Arménie et la Russie se sont élevés à 1 milliard USD et il existe de bonnes perspectives d’accroissement pour les années à venir.
Entre autres produits, l’Arménie a exporté vers la Russie des fruits et de légumes et du fromage. De même, environ 80% de ses exportations de brandy sont destinées à ce pays.
Les importations de gaz proviennent presque exclusivement de Russie : elles représentent environ 15 millions m3/jour en hiver et 3 à 5 millions en été ; la Géorgie prélève 10% du gaz destiné à l’Arménie.

Durant cette même année, sur les 1,6 milliards USD de transferts vers l’Arménie via le secteur bancaire, 1,2 milliard, soit 75%, provenait de Russie.
Depuis l’indépendance, les investissements russes se sont élevés à plus 2 milliards USD dans les secteurs de l’énergie, des mines, de la construction, des nouvelles technologies, des banques et autres domaines.

Le nombre d’entreprises à capitaux partiellement ou totalement russes est supérieur à mille ; le capital russe contrôle 80% du secteur de l’énergie et de l’approvisionnement en gaz. Le quart des capitaux du système bancaire arménien est aussi d’origine russe.
Les achats d’actifs en Arménie par de grandes entreprises privées russes.
La liste est longue et ils concernent un grand nombre de domaines. On peut citer en particulier :

1- Dans le domaine de l’énergie et de la métallurgie :
– ArmRusGazProm, le monopole d’importation et de distribution du gaz ; 80% de son capital est détenu par Gazprom depuis 2009,

-Armenian Energy Network (AEN), le monopole de la distribution d’électricité d’Arménie qui appartient à Inter RAO Holding ; c’est une filiale de la Compagnie d’électricité russe Inter RAO UES.

– ArmenAl, est une  très importante unité de production de feuilles d’aluminium ; c’est une filiale du géant russe de l’aluminium RusAl.

– Depuis 2003, la gestion financière de la Centrale Nucléaire de Medzamor est confiée  au russe Unified Energy System (UES). Cet accord devrait prendre fin incessamment.

– Par ailleurs, et selon les derniers développements, la partie russe (Rosatom) aurait confirmé sa participation au financement de la nouvelle centrale à hauteur de 50% du coût total évalué à 5 milliards USD à ce jour. L’apport de 50% restant par l’Etat  arménien éviterait l’intervention d’autres investisseurs.

2- Dans les télécommunications :
– ArmenTel  appartient à 100% à Vympelcom, 2ème opérateur russe de téléphonie.
– MTS-Armenia ou VivaCell-MTS ; 80% du capital appartient au russe MTS (le plus important opérateur russe de téléphonie mobile).

– Comstar United Telesystems, spécialisé dans les services de télécommunications en  Russie, a acheté 75% de Callnet – « Armenian Telecommunications Group ».
– Rostelecom a récemment acheté 75% du capital de GNC-Alfa qui est le plus important fournisseur de services informatiques en Arménie.

3- Dans le domaine minier
Les entreprises russes y sont aussi très présentes ; qu’il suffise de citer les récents investissements de Neva Rus (100 m USD) et de GeoProMining (GPM).
La Russie pourrait aussi investir des sommes importantes pour l’exploration et l’exploitation des mines d’uranium en Arménie.

4- Dans les transports.
– C’est en 2008 que South Caucasus Railway (qui appartient aux Chemins de Fer Russes) a acquis, sous forme de concession pour 30 ans, la gestion des chemins de fer arméniens. Depuis cette date, 185 m USD ont été investis en achat de matériels et amélioration de la gestion.

Les Chemins de Fer Russes participeront à la construction de la ligne Arménie-Iran si une telle décision se concrétise.

5- Dans le domaine bancaire :
Il faut citer en particulier les banques Vneshtorgbank – Armenia, (VTB Armenia), Areximbank (actionnaire Gazprombank), Ameriabank.

D’autres exemples de coopération
Ils sont nombreux. On peut en citer plusieurs :  
– Les discussions en cours avec « Rosagromash » sur la possibilité de créer une entreprise conjointe d’assemblage de matériel agricole. Malgré d’importantes acquisitions de machines agricoles ces dernières années le parc de matériel agricole de l’Arménie reste assez vétuste ; seul 7% environ correspondraient aux normes et techniques actuelles.

– Sous peu, le plus important holding militaire russe, POV Almag-Antey, signera un accord avec l’Arménie pour la réparation d’armes et de matériels militaires. Cet accord entre dans un nouveau cadre de coopération militaire beaucoup plus large.

– Par ailleurs, le gouvernement arménien a nommé Sitronics-Armenia (filiale de l’entreprise russe Sitronics) administrateur des zones franches d’Arménie. Trois zones franches sont prévues : un premier près de l’aéroport de Zvartnots, un autre au Technoparc de Guymri et un troisième au sein de l’entreprise YerSRIMM (Erevan Scientific Research Institut of Mathematical Machines).

YerSRIMM est l’une des 5 entreprises que l’Arménie avait cédée en 2002 à la Russie en contrepartie de l’extinction d’une dette. Actuellement elle est spécialisée dans la fabrication de verres particuliers et emploie 400 personnes.

Dans ce premier article consacré aux relations économiques de l’Arménie avec ses partenaires nous avons évoqué la présence économique de la Russie dans de nombreux domaines stratégiques (énergie, communication, transport…). C’est une des multiples manifestations des relations entre les deux pays.

L’Arménie reste jusqu’à présent la « chasse gradée » de la Russie dans le Sud Caucase.

Gérard Achdjian
APRICOT Group
Mise en relations d’affaires avec l’Arménie

* Pour des informations détaillées sur l’économie de l’Arménie, veuillez consulter le site  www.gab-ibn.com .